Preview

Apiculture et agriculture: entre dépendance et divergences

Depuis quelques années, les populations d’abeilles domestiques et d’autres insectes pollinisateurs régressent dans de nombreux pays de l’hémisphère Nord. A ce jour, les causes de ce déclin ne sont pas clairement élucidées. Des indices importants laissent toutefois penser que l’agriculture intensive peut avoir un impact négatif sur les pollinisateurs. De nombreuses activités agricoles ont une incidence sur les insectes pollinisateurs et par conséquent sur le travail des apiculteurs. Par ailleurs, les paysans sont tributaires du service écosystémique de pollinisation. Malgré l’existence de nombreuses études sur l’état sanitaire des abeilles domestiques, les apiculteurs et les paysans suisses n’ont encore jamais été interrogés sur leur perception des problèmes ni sur les mesures qu’ils envisagent personnellement pour y remédier. Ces questions ont été abordées de manière exploratoire dans le cadre d’une enquête qualitative. Cette étude a montré que les paysans interrogés étaient généralement peu informés des problèmes relatifs aux abeilles domestiques. La perception des problèmes, de même que les mesures envisageables préconisées par les apiculteurs, sont très variables et hétérogènes. Bien que de nombreux apiculteurs fassent état d’expériences négatives en lien avec les activités agricoles, ils ont une opinion positive vis-à-vis de l’agriculture. Selon eux, le problème principal résulterait plutôt de maladies et de parasites ainsi que du mode d’exploitation adopté par les différents apiculteurs. Ces bons rapports entre agriculture et apiculture devraient être davantage mis en valeur, car ces deux activités sont fortement dépendantes l’unede l’autre.

Version intégrale PDF

Archives complètes