Preview

Les bandes fleuries pour auxiliaires limitent les ravageurs dans les grandes cultures

Des études antérieures ont montré que les milieux semi-naturels, tels que les jachères florales ou les prairies extensives, augmentaient la biodiversité des plantes et des animaux. Afin de favoriser également la régulation naturelle des ravageurs, des mélanges de semences pour bandes fleuries annuelles ont été développés. Ceux-ci sont axés sur les exigences des antagonistes des ravageurs des cultures (en particulier les criocères des céréales et les pucerons). Dans les bandes fleuries pour auxiliaires – ensemencées avec diverses plantes sauvages et cultivées – de même que dans certaines cultures adjacentes, on a trouvé nettement plus d’auxiliaires. Par rapport aux parcelles témoins, on a recensé 40 à 53 % de moins de criocères des céréales dans les parcelles de blé d’automne où avaient été semées des bandes fleuries pour auxiliaires, et 75 % de moins de pucerons dans les parcelles de pommes de terre. De plus, les dommages aux plantes provoqués par les criocères des céréales ont diminué de 61 %. Ces résultats montrent que les bandes fleuries contribuent non seulement à promouvoir la biodiversité, mais qu’elles permettent aussi de réduire les ravageurs. Elles représentent ainsi une plus-value pour la production agricole. D’ici 2017, deux mélanges de semences commercialisables devraient être prêts pour le nouveau type de surface de promotion de la biodiversité «Bandes fleuries pour les pollinisateurs et les autres organismes utiles».

Version intégrale PDF

Les bandes fleuries pour auxiliaires limitent les ravageurs dans les grandes cultures

Télécharger la version complète (698 Kb.) Français

Télécharger la version complète (695 Kb.) Allemand

Archives complètes