Preview

Effet des aliments complémentaires sur la mastication des chevaux

Originaire des steppes, le cheval est adapté à l’ingestion continue de petites quantités de nourriture. Comme cet animal est aujourd’hui principalement détenu en box, la question du temps qu’il passe à se nourrir a gagné en importance. Dans la présente étude, quatre aliments complémentaires, différant par leurs teneurs en cellulose brute (10, 12, 14,5 et 18 %) et par leur forme (muesli, muesli structuré et pellets) ont été testés sur huit chevaux de race Haflinger. La durée d’ingestion et la fréquence de mastication ont été mesurées grâce au licol Equiwatch®. Les durées d’ingestion des différents aliments complémentaires étaient comprises entre 11,6 et 16 min/kg, tandis que le nombre de mouvements masticatoires variait entre 1136 et 1472 par kg. Les deux aliments les plus riches en cellulose brute étaient associés aux durées d’ingestion les plus longues. En comparaison, pour le foin, la durée unitaire d’ingestion moyenne était de 33 ± 4,2 min/kg, avec 2644 ± 338 mouvements masticatoires. Même en y ajoutant de la paille ou de la balle d’épeautre, qui élèvent la teneur en cellulose brute, les aliments complémentaires ne peuvent pas concurrencer le foin en termes de durée d’ingestion et d’activité masticatoire.

Version intégrale PDF

Archives complètes