Preview

Impacts de la sécheresse sur le fonctionnement des systèmes herbagers

Un essai a été conduit pendant deux ans sur deux sites du pied du Jura, afin de préciser les effets de la sécheresse sur la production de fourrage (matière sèche et valeur nutritive) et sur les relations sol-plantes. Les simulations de stress hydrique ont été réalisées à l’aide de tunnels maraîchers. Parmi les paramètres de la valeur nutritive, les teneurs en lignocellulose (ADF) et en sucres solubles ont montré les plus grandes variations en situation de sécheresse. Les variations de l’ADF étaient fortement liées aux baisses de rendement (les plantes plus petites étant moins riches en fibres). Les teneurs en matière azotée n’ont en revanche que peu varié sous l’effet de la sécheresse, du fait de processus antagonistes: les effets négatifs dans le domaine de la nutrition azotée étaient compensés par le ralentissement de la croissance (effet de dilution). Le cycle du phosphore (P) a été influencé par les restrictions d’eau, avec des réponses assez différentes selon la richesse du sol en P. Un stress tardif (après le pic de croissance) a des effets plus marqués qu’un stress précoce (pendant le pic). Cet essai permet de replacer le phénomène de sécheresse dans un contexte plus large, en montrant que les variations de rendement et de qualité qui en découlent sont du même ordre de grandeur que les variations naturelles que l’on peut observer entre années.

Version intégrale PDF

Archives complètes