Preview

Viande de porc: bons résultats malgré une réduction des protéines dans la ration

Dans trois exploitations d’engraissement de porcs, pratiquant respectivement l’alimentation monophase, l’alimentation biphase et l’alimentation multiphase, des mesures d’alimentation permettant d’améliorer la valeur nutritionnelle de la viande et de réduire l’impact environnemental ont été étudiées. Pour ce faire, la ration a été enrichie avec du sélénium lié organiquement, de la vitamine E et des graines de lin, alors que la teneur en protéines a été réduite. Des séries d’engraissement avec de l’aliment ordinaire ont servi de témoin. Un effet généralisé de l’aliment sur les gains journaliers n’a pas été observé. Mais avec les aliments d’essai, l’ingestion a augmenté et l’indice de consommation s’est dégradé. La qualité des carcasses n’a baissé que dans l’exploitation pratiquant l’alimentation monophase: le diamètre des côtelettes a significativement diminué avec l’aliment d’essai, alors que la couche de lard a augmenté notablement. Le pourcentage de viande des animaux soumis à l’alimentation multiphase (diminution par paliers hebdomadaires de 155 à 125 g PB/kg) n’a pas baissé, mais leur teneur en graisse intramusculaire a notablement augmenté, ce qui pourrait être le signe d’un sous-approvisionnement modéré en protéines. L’efficience protéique n’a par ailleurs guère été améliorée par la réduction des protéines dans la ration.

Version intégrale PDF

Viande de porc: bons résultats malgré une réduction des protéines dans la ration

Télécharger la version complète (295 Kb.) Français

Télécharger la version complète (297 Kb.) Allemand

Archives complètes