Preview

Flux plastiques dans l’agriculture suisse et risques potentiels pour les sols

Les produits plastiques sont omniprésents dans notre vie quotidienne et sont devenus indispensables dans l’agriculture moderne, où ils sont des auxiliaires polyvalents et efficaces. Quand il se retrouvent sous forme de déchets sauvages abandonnés dans la nature et de substances étrangères présentes dans les engrais issus de digestat et de compost, ils sont aussi les principales sources des apports de plastiques dans la surface agricole utile. À partir d’une analyse des flux de matières, cette étude estime à 16 000 tonnes la quantité de plastique introduite chaque année dans les terres agricoles en Suisse. Sur ce volume, environ 160 tonnes de plastique restent dans le sol chaque année, ce qui, au fil des ans, peut conduire à une concentration maximale de 0,02 ± 0,01 % (200 ± 100 mg kg–1). Les quelques études écotoxicologiques disponibles à ce jour décrivent des effets sur les organismes du sol à partir d’une teneur en plastique de 0,1 %. Selon l’état actuel des connaissances, il n’y a donc aucun risque pour les organismes du sol en Suisse. Toutefois, une évaluation plus rigoureuse des risques nécessite des études approfondies sur l’exposition des plastiques et leurs effets dans l’environnement agricole. Comme la présence des produits plastiques agricoles n’est généralement pas souhaitable dans le sol et que leur dégradation est très lente, nous recommandons d’optimiser davantage leur utilisation et de réduire le plus possible la teneur en substances étrangères dans les engrais issus de digestat et de compost afin de minimiser les intrants.

Version intégrale PDF

Flux plastiques dans l’agriculture suisse et risques potentiels pour les sols

Télécharger la version complète (214 Kb.) Français

Archives complètes