Preview
Contribution de: Agroscope

Où en est la numérisation dans les exploitations suisses de production végétale?

Les technologies numériques font partie intégrante de l’agriculture moderne. Mais dans quelle mesure sont-elles déjà utilisées en Suisse? Une enquête d’Agroscope apporte des réponses.

Les technologies numériques réduisent la charge de travail physique dans l’agriculture et contribuent à un mode d’exploitation respectueux des ressources. Sur la base de données relatives aux plantes ou aux sols, ces technologies permettent d’optimiser les décisions de gestion. Pour ce faire, elles doivent être utilisées dans la pratique agricole.

Emploi dans la pratique

Sur la base des résultats d’une enquête représentative, l’utilisation de systèmes d’aide à la conduite et les activités dans lesquelles des systèmes de mesure électroniques, tels que des capteurs d’azote, sont utilisés sur les machines ont été étudiées, dans les branches de production suivantes: grandes cultures, production fourragère, production maraîchère, viticulture, arboriculture et culture de fraises. Les résultats de l’enquête ont été combinés avec les données structurelles des exploitations afin d’identifier quelles caractéristiques des exploitations et des chefs d’exploitation sont liées à l’adoption des nouvelles technologies.

Les systèmes d’aide à la conduite sont plus souvent utilisés que les systèmes de mesure

Les résultats montrent clairement que les systèmes d’aide à la conduite sont plus répandus que les systèmes de mesure électroniques sur les machines. Le régulateur de vitesse est le système d’aide à la conduite le plus fréquemment utilisé. Les caméras de recul pour les grandes cultures sont tout aussi souvent utilisées. Quelle que soit la branche de production, le semis de précision et la mesure de l’humidité de la récolte sont les applications les plus courantes des systèmes de mesure, mais leur diffusion est relativement faible.

Les avantages des technologies numériques consistent donc pour l’instant plutôt à réduire la charge de travail physique qu’à soutenir les décisions en matière de récolte ou de gestion. En général, les technologies numériques ont été utilisées plus fréquemment dans les cultures maraîchères et les grandes cultures que dans les autres branches de la production végétale. Outre la branche de production, la taille et l’emplacement de l’exploitation sont des facteurs importants dans l’utilisation de la technologie. Par rapport aux exploitations de plaine et aux exploitations de 10 à 20 hectares, les technologies numériques sont moins fréquemment utilisées dans les exploitations de montagne et les petites exploitations (<3 ha). En revanche, leur utilisation augmente dans les exploitations de plus de 20 hectares. Afin de permettre aux exploitations agricoles de toutes tailles de bénéficier des technologies numériques, il faudrait trouver des solutions pour les petites exploitations diversifiées et identifier les motifs personnels qui influencent la décision d’utiliser ou non ces technologies.

Conclusions

  • Les systèmes d’aide à la conduite sont plus répandus que les technologies en réseau, basées sur des capteurs qui servent d’appui aux décisions de gestion.
  • La culture maraîchère est à la pointe en ce qui concerne l’utilisation des technologies numériques.
  • Les exploitations agricoles d’une taille supérieure à la moyenne et les exploitations de plaine utilisent plus souvent les technologies numériques que les petites exploitations agricoles ou les exploitations de montagne.

Article scientifique

Où en est la numérisation dans les exploitations suisses de production végétale?

Télécharger l’article scientifique (201 Kb.) Allemand

Archives complètes