Preview
Agroscope, AgroVet-Strickhof

À vache rustique, pâturage divers: la race bovine influence la diversité floristique

Là où paissent des vaches de race Highland, un nombre particulièrement important d’espèces végétales se développent. Légèreté, frugalité et placidité de ces vaches rustiques en sont la raison. C’est ce que montre une étude d’Agroscope et d’AgroVet Strickhof.

Les surfaces de pâturage extensif sont parmi les habitats les plus riches en biodiversité en Europe. Celle-ci s’est développée au cours de milliers d’années d’interaction entre herbivores et végétation. Aujourd’hui, cette biodiversité est menacée par la déprise agricole et l’intensification. En outre, la sélection animale des dernières décennies a considérablement augmenté la productivité de nombreuses races bovines. Il ressort d’études réalisées par Agroscope et AgroVet Strickhof que la sélection a également modifié le comportement alimentaire et en matière de déplacement des vaches avec des conséquences importantes sur la végétation des pâturages.

La race rustique Highland a été comparée à des races orientées vers la production. Les chercheuses et chercheurs ont déterminé le poids des vaches et la taille des onglons, étudié leurs déplacements, observé leur comportement alimentaire et analysé la composition botanique du fourrage ingéré. En plus, la composition botanique des pâturages utilisés de longue date par des vaches Highland a été comparée à celle des surfaces pâturées par des bovins plus productifs. (Photo: Caren Pauler, Agroscope)

Races rustiques: légères, frugales et flegmatiques

Les bovins rustiques sont plus légers que les races plus productives. Comme ils ont par contre des onglons relativement grands, le poids est réparti sur une grande surface et la couverture végétale souffre ainsi moins du piétinement. En outre, ils parcourent de moins grande distance dans les pâturages, ce qui réduit encore la pression due au piétinement. Par conséquent, sur les pâturages où paissent des bovins lourds et productifs, un nombre nettement plus important de plantes résistantes au piétinement se développent. Ces plantes évincent petit à petit des espèces plus sensibles avec pour conséquence une réduction de la biodiversité. Plus une race bovine est productive, plus elle choisit de manière sélective les plantes qu’elle ingère. Les races plus productives se nourrissent principalement de plantes riches en éléments nutritifs et facilement digestibles, tandis que les bovins rustiques broutent également du nard raide, des chardons et d’autres plantes peu alléchantes. Par leur comportement alimentaire, ils contribuent à réduire la domination de plantes problématiques et favorisent ainsi aussi bien la biodiversité que la qualité fourragère des pâturages. Par ailleurs, les vaches Highland utilisent les pâturages de manière particulièrement uniforme. Elles se tiennent par exemple plus souvent que les races plus productives sur les zones pentues du pâturage, recouvertes de fourrage de moindre qualité. On observe ainsi moins de places de repos et la surface du pâturage est utilisée de manière plus uniforme.

Les bovins rustiques, comme les vaches de race Highland, se nourrissent également de plantes ligneuses et contribuent ainsi au maintien d’un paysage ouvert. (Photo : Caren Pauler, Agroscope)

Exploiter le potentiel des races rustiques

Les bovins rustiques peuvent utiliser de manière efficiente les surfaces herbagères extensives dans des zones à rendement marginal et promouvoir leur biodiversité. Dans de nombreuses exploitations, le cheptel bovin peut être complété sans grande difficulté par un troupeau dévolu à l’entretien des pâturages.

Les caractéristiques positives des bovins rustiques semblent être étroitement liées à leur faible productivité. Les éleveurs et éleveuses de races rustiques doivent toutefois garder à l’esprit que ces caractéristiques pourraient disparaître, si l’on effectue une sélection en vue d’un rendement plus élevé.

Conclusions

  • La diversité en espèces des pâturages extensifs s’est développée au cours de milliers d’années grâce à la pâture extensive. Or, aujourd’hui, elle est menacée.
  • La présente étude montre que les races bovines diffèrent dans leur manière d’influencer la végétation.
  • Les bovins rustiques légers et avec de grands onglons ménagent la couverture herbeuse. Ils ne sont pas sélectifs dans le choix des plantes broutées et contribuent donc à éliminer les plantes et les buissons problématiques.
  • Les bovins rustiques utilisent les pâturages de manière plus uniforme, favorisant leur biodiversité. Ils peuvent compléter le cheptel de bovins plus productifs, par exemple pour l’entretien des surfaces écologiques.
  • Les caractéristiques positives des bovins rustiques pourraient disparaître, si une sélection était entreprise en vue d’une plus grande productivité.

Article scientifique

À vache rustique, pâturage divers: la race bovine influence la diversité floristique

Télécharger l’article scientifique (902 Kb.) Allemand

Archives complètes