Preview
Agridea, Agroscope, FiBL, Centre viticole de Wädenswil, Haute Ecole de Changins

Vins suisses du futur – quelles sont les attentes des consommatrices et des consommateurs?

Vins du futur – AGRIDEA, janvier 2021, 1-27

L’acceptation des consommateurs-trices joue un rôle clé dans l’introduction de nouveaux cépages. Une enquête d’Agridea révèle une grande ouverture aux cépages tolérants aux maladies fongiques qui se prêtent à des méthodes de culture respectueuses de l’environnement.

La lutte contre les maladies fongiques est un défi majeur pour la viticulture. Dans le même temps, la société et les organisations environnementales réclament une réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. De nouveaux cépages destinés à améliorer la tolérance aux maladies sont développés depuis quelques années et offrent une approche prometteuse.

La part des cépages résistants aux maladies fongiques dans  la surface totale du vignoble suisse reste toutefois modeste et ces cépages sont par conséquent peu présents sur le marché. Comment les intégrer au mieux dans la gamme des vins suisses est au centre du projet «Vins suisses du futur». Le projet est financé à 60 % par l’Office fédéral de l’agriculture OFAG et conduit par cinq partenaires: AGRIDEA, l’Institut de recherche de l’agriculture biologique FiBL, Agroscope, la Haute École de Changins et le Centre viticole de Wädenswil WBZW.

Enquêtes sur le choix des consommateurs en matière de vins suisses

Dans le cadre de ce projet, deux enquêtes ont été menées sur l’importance des préoccupations environnementales dans la décision d’achat des consommateurs-trices en matière de vins suisses. Une première enquête a été développée par AGRIDEA et la Haute École de Changins. Cette enquête semi-quantitative réalisée lors de la foire aux vins Arvinis à Genève-Palexpo en novembre 2019 a fourni de premiers résultats. Une deuxième enquête a été réalisée en ligne par AGRIDEA au printemps 2020. Les résultats des deux enquêtes sont très similaires, malgré le biais de l’échantillon dans la première enquête.

Les participant-e-s à l’enquête représentent le principal débouché des vins suisses: 80 % des participant-e-s boivent du vin suisse au moins une fois par semaine. Bien qu’un cluster «Tradition» ait pu être délimité (18 % de l’échantillon), qui donne la préférence aux cépages traditionnels, les personnes ayant participé à l’enquête se montrent globalement très ouvertes à de nouveaux cépages. Un autre cluster «Bio» (8,5 % de l’échantillon) a pu être distingué sur la base de critères d’achat, ce qui est particulièrement intéressant pour l’introduction de cépages tolérants.

Outre le goût, le cépage est également un critère d’achat important tant pour la Suisse alémanique que pour la Suisse romande. Alors que le critère «produit de proximité» est plus important pour la Suisse alémanique, les Suisses romands donnent la préférence au critère «cave ou domaine».

Les consommateurs-trices attendent des méthodes de culture respectueuses de l’environnement pour l’ensemble du secteur viticole

Une question centrale de l’enquête a consisté à savoir comment les participant-e-s envisagent le développement de la viticulture en Suisse. Il ressort de l’enquête que les consommateurs-trices attendent des méthodes de culture respectueuses de l’environnement pour toute la viticulture et pas seulement pour la production biologique. En outre, ils désirent que les cépages traditionnels continuent d’être cultivés, mais aussi que de nouveaux cépages soient développés.

En ce qui concerne les cépages tolérants aux maladies, environ la moitié des participant-e-s connaissent ces vins et la plupart d’entre eux les ont déjà goûtés. Les réponses aux dégustations sont très différentes. Des commentaires tels que «nouveaux arômes», «peu de caractère» ou «dépend du vigneron et de la vinification» montrent qu’il y a encore beaucoup de potentiel de développement. La question de la dégustation sera approfondie dans le module du projet sur les entretiens avec les vignerons et vigneronnes.

Attentes des participant-e-s à l’enquête concernant le développement de la viticulture suisse.

Conclusions

  • Les consommateurs-trices sont ouverts à de nouveaux cépages, ce qui crée de bonnes conditions pour l’introduction de cépages résistants aux maladies fongiques.
  • Les nouveaux cépages ne sont pas en concurrence avec les cépages traditionnels. On s’attend plutôt à une évolution en parallèle.
  • Les consommateurs-trices attendent de nouveaux développements en matière de méthodes de culture respectueuses de l’environnement pour toute la viticulture suisse et pas seulement pour la production biologique. La communication sur des pratiques écologiquement durables est cruciale.
  • La notoriété des cépages tolérants aux maladies ne se traduit pas (encore) par des achats effectifs de ces vins, mais l’intérêt est là. La communication sur ces nouveaux cépages doit être poursuivie.
  • Le goût est le critère d’achat le plus important, ce qui montre l’importance de la dégustation pour l’introduction de vins issus de nouveaux cépages et souligne le rôle du vendeur.

Article scientifique

Vins suisses du futur – quelles sont les attentes des consommatrices et des consommateurs?

Télécharger l’article scientifique (3 Mb.) Français

Télécharger l’article scientifique (1 Mb.) Allemand

Archives complètes