Preview
Agroscope, INRAE

Gestion durable des mauvaises herbes: vers de nouveaux outils

Pour limiter le recours aux herbicides dans les cultures et améliorer l’efficacité des méthodes de gestion alternatives, de nouveaux outils sont en cours de développement. Point de situation.

L’outil actuellement préconisé aux agriculteurs pour les aider à gérer les adventices dans les cultures est le « seuil d’intervention herbicide »: au-delà d’une certaine densité d’adventices, une intervention herbicide est estimée moins coûteuse que les pertes encourues. Cet outil est utile pour identifier la nuisibilité individuelle des espèces, mais il ne permet pas à lui seul une gestion durable et optimale de la flore adventice. Pour cela, des mesures préventives et curatives sont nécessaires, appliquées à l’échelle de chaque culture et de la rotation et basées sur les principes de la protection intégrée. La mise en œuvre de ces mesures nécessite de nouveaux outils d’aide à la décision, basés sur d’autres critères que la densité, afin de permettre aux agriculteurs de gérer les adventices avec le moins d’herbicides possible.

Indicateurs alternatifs pertinents

De nouveaux indicateurs ont été développés. Ils sont actuellement utilisés par la recherche pour améliorer l’évaluation de la nuisibilité. Les plus pertinents d’entre eux sont : la période d’émergence des adventices par rapport au stade de la culture, leur couverture totale et par espèce, ainsi que leur biomasse totale et par espèce. L’enjeu est désormais de pouvoir utiliser ces indicateurs dans la pratique, de manière simplifiée mais fiable. L’équipe de malherbologie d’Agroscope développe actuellement une méthode d’estimation visuelle du volume des adventices qui pourra être améliorée avec les nouvelles technologies d’imagerie.

Prochaine étape : conception de modèles

L’étape suivante pour proposer aux agriculteurs des outils d’aide à la décision, est la conception de modèles adaptés à une gestion durable des adventices. Le modèle FLORSYS, développé par l’INRAE, permet d’ores et déjà aux chercheurs d’évaluer l’effet de systèmes de culture sur les adventices et le rendement, de manière pluriannuelle sur une parcelle virtuelle. Des travaux sont encore en cours pour intégrer les résultats de ce modèle dans un outil d’aide à la décision plus simple et rapide à destination des agriculteurs.

Conclusions

  • Les «seuils d’interventions herbicides» sont utiles pour identifier la nuisibilité individuelle des espèces, mais ils ne permettent pas à eux seuls une gestion durable et optimale de la flore adventice.
  • La densité d’adventices n’est pas un indicateur suffisant pour expliquer la nuisibilité. D’autres indicateurs existent et des méthodes sont en développement pour pouvoir les utiliser dans la pratique.
  • Le recours à la modélisation des effets de systèmes de culture sur la flore adventice et le rendement est la base du développement d’outils d’aide à la décision performants.

Article scientifique

Archives complètes