Preview
Agroscope

Pesticides dans la cire: quelle est leur toxicité pour les larves d’abeilles mellifères?

Chemosphere, Article Number 132214

Les résidus de pesticides peuvent s’accumuler dans la cire d’abeille et représenter un risque pour le développement des larves d’abeilles Dans une étude in vitro, Agroscope a évalué la toxicité de ces résidus dans la cire pour les larves d’abeilles.

Les mortalités de colonies d’abeilles mellifères (Apis mellifera) relèvent de nombreuses causes: des ressources alimentaires trop faibles ou de mauvaise qualité, des parasites et des maladies du couvain, de la qualité de la reine ainsi que des pesticides. L’acarien Varroa destructor et les virus qui lui sont associés constituent une grande menace pour les abeilles domestiques. Pour lutter contre le varroa, les apiculteurs et apicultrices utilisent des produits vétérinaires qui peuvent contaminer les produits de la ruche. En outre, lorsqu’elles butinent le pollen et le nectar des fleurs, les abeilles peuvent rapporter dans les colonies des pesticides provenant de l’agriculture. Les pesticides lipophiles, qui comprennent des produits vétérinaires et phytosanitaires, s’accumulent principalement dans la cire d’abeille. Un exemple est le coumaphos, un pesticide qui est autorisé dans certains pays comme produit vétérinaire pour lutter contre le varroa ou comme produit phytosanitaire.

Pesticides dans la cire d’abeille recyclée

Selon les bonnes pratiques apicoles, les apiculteurs et apicultrices remplacent régulièrement les rayons de cire et font fondre les vieux rayons. La cire fondue permet de produire de nouvelles cires gaufrées, que l’on donne ensuite aux abeilles pour construire de nouveaux rayons. En cas de réutilisation de la cire, des polluants tels que le coumaphos restent dans la cire et sont également présents dans les nouvelles cires gaufrées, ce qui peut affecter la santé des abeilles.

Une étude in vitro confirme la toxicité des pesticides dans la cire

De nombreuses études portent sur les résidus de pesticides présents dans la cire d’abeille. Cependant, on sait peu de choses sur les concentrations qui présentent un risque pour le développement des abeilles mellifères. Dans une étude in vitro, Agroscope a donc étudié le risque de ces résidus pour les larves d’abeilles. Le coumaphos a servi de substance d’étude, car c’est un pesticide que l’on retrouve très fréquemment dans la cire.

Dans une première série de tests, nous avons étudié le taux d’éclosion des abeilles exposées au stade larvaire à de la cire contaminée. Des concentrations de coumaphos dans la cire allant jusqu’à 20 mg/kg n’ont montré aucun effet sur le taux d’éclosion des abeilles. Ce résultat était comparable à celui du contrôle. Cependant, à des concentrations plus élevées de coumaphos (de 30 à 100 mg/kg), des taux d’éclosion plus faibles ont été observés. Des concentrations de coumaphos de 30 mg/kg ou plus dans la cire affectent donc le développement des larves d’abeilles.

Les pesticides migrent de la cire dans la gelée larvaire

Dans un deuxième temps, nous avons testé si le coumaphos peut migrer de la cire dans la gelée larvaire artificielle et quelles concentrations dans la gelée sont nocives pour les larves. Le coumaphos migre de la cire dans la gelée larvaire jusqu’à une concentration d’environ un cinquième de celle initialement mesurée dans la cire. Dans un autre essai, nous avons nourri les larves avec de la gelée larvaire contenant du coumaphos. La toxicité pour les larves était environ cinq fois plus élevée que dans le cas d’une exposition à la cire. Le taux d’éclosion plus faible à des concentrations supérieures à 30 mg/kg de coumaphos dans la cire peut donc s’expliquer par l’exposition par voie orale des larves.

Moins de résidus dans la cire d’abeille suisse

Des analyses récentes montrent que les quantités de résidus provenant de produits de traitement contre le varroadans la cire d’abeille suisse sont plus faibles par rapport aux années précédentes. Aujourd’hui, les apiculteurs et apicultrices suisses utilisent principalement des acides organiques pour lutter contrelevarroa; ces substances ont l’avantage de ne pas s’accumuler dans la cire. Ainsi, l’exposition des larves d’abeilles aux produits lipophiles de traitement contre le varroa est réduite.

Conclusions

  • L’étude sert de modèle pour évaluer le risque des résidus de pesticides présents dans la cire pour les abeilles mellifères.
  • Les concentrations de coumaphos dans la cire d’abeille à partir de 30mg/kg ont un effet létal pour les larves d’abeilles.
  • Il a également été démontré que le coumaphos migre de la cire d’abeille dans la gelée larvaire et peut ainsi nuire au développement des larves.
  • Actuellement, des résidus de coumaphos allant jusqu’à 4 mg/kg sont mesurés dans la cire d’abeille suisse, ce qui est bien en dessous du seuil dommageable de 30 mg/kg.
  • Les acides organiques, qui ne s’accumulent pas dans la cire d’abeille, sont une alternative pour lutter contre le varroa.

Article scientifique

Pesticides dans la cire: quelle est leur toxicité pour les larves d’abeilles mellifères?

Télécharger l’article scientifique (4 Mb.) Anglais

Archives complètes